Faut-il éradiquer les griffes de sorcière ?

Postée le 6 juillet 2014 | Écologie

Cette plante invasive ne laisse rien pousser là où elle vit, faut-il l’empêcher de se répandre ou la laisser faire ?

Le site du Conservatoire Botanique National de Brest et les programmes menés par le Conservatoire du littoral apportent un éclairage intéressant et nuancé à cette question.

Les griffes de sorcière sont des plantes du genre Carpobrotus, originaires d’Afrique du sud et introduites volontairement en France pour leur valeur décorative. Très adaptées et résistantes en milieu tempéré côtier, elles sont responsables d’une invasion de certains littoraux et d’une compétition avec les espèces locales.

Comme c’est souvent le cas lorsqu’une espèce introduite devient invasive, les spécialistes pensent qu’il est sans doute impossible d’éradiquer totalement les deux espèces de griffes de sorcière qui prolifèrent sur nos côtes. Ces plantes se distinguent en effet par une capacité de colonisation et une reproduction très efficaces, et elles sont aujourd’hui présentes sur une multitude de sites et des surfaces considérables. En revanche les actions visant à contrôler leur expansion témoignent de résultats encourageants.

Le Conservatoire du littoral, des communes et des associations environnementales organisent régulièrement des campagnes d’arrachage ciblées et encadrées, comme récemment dans le Parc National de Port-Cros, ou en Bretagne sur l’île de Groix ou au Cap de la Chèvre. Les suivis à long terme sur les zones traitées montrent que lorsqu’il est correctement effectué sur une zone adaptée, l’arrachage manuel peut contribuer à réguler la présence et la propagation des griffes de sorcière et favoriser le retour d’espèces locales.

Cependant pour ne pas dégrader le milieu littoral, il est impératif de ne pas arracher les griffes de sorcière si cette action ne s’inscrit pas dans le cadre d’un programme encadré par des professionnels. Des méthodes d’arrachage adaptées, une étude préalable du site et un suivi sur plusieurs mois sont en effet indispensables pour espérer des résultats positifs sur l’environnement. De plus, un arrachage mal réalisé ou sur un site mal choisi peut aggraver l’érosion, voire participer à la dissémination des plantes invasives.

A l’échelle individuelle, que peut-on faire pour lutter contre cette espèce invasive ?
Comme bien souvent en matière d’introduction d’espèces, l’accent est à mettre sur la prévention : il est essentiel de ne plus planter de griffes de sorcière ou toute autre espèce exotique à risque dans son jardin, et d’inviter son entourage à respecter les mêmes précautions.

Pour en savoir plus, voir le site du Conservatoire Botanique National de Brest :
http://www.cbnbrest.fr/site/pdf/gri...

D’autres informations sur les espèces invasives en Bretagne sur le site http://www.bretagne-environnement.o...

Ainsi que plusieurs articles sur les plantes invasives et notamment les résultats des campagnes d’arrachage et de suivis effectués sur les griffes de sorcière à Port-Cros :
http://www.espaces-naturels.info/ar...

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Ajouter un commentaire

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.